Lectures,
et rencontres littéraires
en Normandie

Du 24 mai
Au 2 juin
2013

Le Blog

Carnets de lecture, critiques, analyses littéraires des œuvres des auteurs invités, le Blog Terres de Paroles est ouvert à tous : auteurs, passionnés de littérature, lecteurs et auditeurs insatiables, étudiants... Pour contribuer, c’est très simple : demandez la création de votre identifiant et de votre mot de passe par mail à faustine.lebras[@]arts276.com

Frédérique Monnier, le Lundi 27 Mai

La fable d'un chimpanzé dactylographe

Le Chat de Schrödinger, de Philippe Forest, Éditions Gallimard 2013."Où le rien avale tout et n'enfante que des fables" Ce roman fragmenté est le dernier publié de Philippe Forest. Le chat de Schrödinger est une rêverie confondant l'univers de la physique quantique, les contes chinois et les cauchemars de l'enfance. Où s'arrête la fable, où se trouve le réel ? Au bord de la folie ? Pour son...
Lire la suite...
Lise Fonteneau, le Lundi 20 Mai

Un bonheur insoupçonnable de Gila Lustiger

 «Quel intérêt de savoir que les brocolis proviennent d’Asie Mineure ? Est-ce avec lapâte à pain qu’on fait les bébés ? Combien de mots faut-il à un bon orateur ? Pourquoicertaines personnes s’immiscent-elles dans une conversation sans qu’on leur aitrien demandé, et d’autres pas. À quoi bon avoir un nom ? Qu’est-ce que la beauté ?Qu’est-ce que le courage ? Des questions absurdes sans intérêt...
Lire la suite...
Ijogd, le Mercredi 15 Mai

Féerie générale, Emmanuelle Pireyre

Laissez vos préjugés au vestiaire.Quittez vos habitudes.Oubliez vos idées reçues sur les romans.Ouvrez le livre à la page 8.Lisez le sommaire.Déroutés ? Déconcertés ? Intrigués ? Amusés ?  Relisez ce sommaire. Sans votre habit de certitudes, touriste ou visiteur du « Musée de l’homme », participez à un voyage organisé, dans le patchwork des perceptions quotidiennes du...
Lire la suite...
ADCE, le Mardi 14 Mai

Rouler c'est

-Subir un silence qui s'étire -Perdre toute sensation dans la main, devoir l'agiter durant de longues minutes pour en chasser les fourmis -Etre la seule personne à manger dans une pièce, avoir l'impression de faire un  énorme vacarme avec sa propre mastication. -Prendre la parole en même temps qu'une autre personne, se raviser pour la lui laisser, se confondre en politesses pour finalement...
Lire la suite...
KORVOWICZ, le Mercredi 8 Mai

EQUATORIA, Patrick Deville (Seuil, 2009)

Deville marche sur la ligne fictive de l’Équateur africain, dans les pas anthumes et posthumes de Pierre Savorgnan de Brazza, explorateur, officier de marine français né italien à Castel Gandolfo, qui remonta par deux fois le fleuve Ogooué, avant-garde hexagonale de la colonisation de l’Afrique noire et fondateur de l’éponyme Brazzaville, Congo. Deville marche parce qu’il est venu, dans les...
Lire la suite...
KORVOWICZ, le Mercredi 8 Mai

LES EAUX TUMULTUEUSES, Aharon Appelfeld (traduction : Valérie Zenatti), L’Olivier

Une pension sur les bords de la rivière Prhut (qu’on peut écrire Prout), quelque part en pays ruthène (on entend, sans le savoir, les derniers locuteurs de cette langue, l’idée de la mort est là, tapie parmi les récoltes), dans un inextricable amas de frontières balkaniques. On vient pour jouer de l’argent, pour boire du cognac français, pour la cuisine de Maria. Maria est une domestique...
Lire la suite...
Agnès Maupre, le Mardi 7 Mai

VIVIANE ELISABETH FAUVILLE, DANS UN MELO DE TELEFILM Viviane Elisabeth Fauville Julia Deck Editions de Minuit

Bourgeoise, divorcée, mère tardive d'une enfant générique, sans visage, Viviane Elisabeth Fauville surnage dans son divorce, surnage dans son emploi au sein de la société Bétons Biron. Et Viviane Elisabeth Fauville a tué son psy. Sa psychanalyse ne l'avançait à rien, constat plus cruel encore dans les turbulences de son divorce. Et là, le mot de trop. Le couteau. Le sang.   Mais comment ne...
Lire la suite...
Lise Fonteneau, le Vendredi 3 Mai

Histoire d’une vie, Aharon Appelfeld

«La mémoire et l’imagination vivent parfois sous le même toit» L’oubli aussi. Dans Histoire d’une vie, Aharon Appelfeld tente de rassembler les mots justes afin de reconstituer le puzzle de son enfance, les pièces manquantes de son passé et de ses origines. La vie de cet enfant ukrainien d’origine juive prend un tournant funeste dès 1937 alors qu’il est âgé de sept ans : «L’ordre temporel s’en...
Lire la suite...
Agnès Maupre, le Vendredi 3 Mai

Le garçon qui voulait dormir, Aharon Appelfeld traduit de l’hébreu par Valérie Zenatti (Points Seuil.) (Agnès)

A la fin de la seconde guerre mondiale, Aharon Appelfeld s'appelle encore Erwin. Il n'a que dix-sept ans mais il est à la croisée des chemins. La guerre l'a séparé de sa famille, de sa Bucovine natale. Au sein d'un groupe de réfugiés, il est entraîné de Naples à la Palestine, vers un Israël en formation.   Mais quand les autres marchent, lui se laisse porter. Le sommeil vient le happer à...
Lire la suite...
KORVOWICZ, le Dimanche 28 Avril

LA CHAMBRE DE MARIANA, Aharon Appelfeld (traduction : Valérie Zenatti)

L’enfant s’endort, la mère apparaît. L’enfant entend les voix et les bruits. Les voix n’ont pas de visages. Les bruits sont sans images. Les soldats allemands crient sur Mariana, tu bois trop, ils la battent, ils se plaignent de la rude vie de soldat, ils racontent les derniers Juifs terrés, débusqués. Les exécutions dans la rue. Les familles obligées de ramper. Leurs protecteurs ukrainiens...
Lire la suite...

Pages

Partager cette page :